Pages

samedi 9 novembre 2013

Démocratiser l'opéra...

@Yves Renaud

Il y a quelques jours, j'ai reçu une invitation de la part de l'Opéra de Montréal. J'étais invitée à assister à la générale de Falstaff, la nouvelle production de cette mythique institution montréalaise. Je dois avouer avoir hésité quelques minutes avant d'accepter l'invitation... L'Opéra de Montréal c'est un divertissement pour les amateurs et non pour les néophytes... Ce sont les personnes âgées qui vont voir ces spectacles, non?  Oui, je peux avoir des préjugés aussi ridicules. Après quelques recherches, j'ai trouvé l'invitation plutôt alléchante et je me suis dit que j'allais sans aucun doute apprendre de nouvelles connaissances ! Pour l'Opéra de Montréal, Falstaff est une sorte de grande fête pour célébrer le 200e anniversaire de Verdi et le retour à Montréal de la chanteuse lyrique québécoise la plus renommée sur la scène internationale, Marie-Nicole Lemieux. Falstaff représente le dernier opéra de Verdi et pour la création de son unique comédie, il avait choisit de collaborer avec Shakespeare. 

L'histoire de Falstaff
En manque d'argent,  Falstaff écrit deux lettres d'amour identiques à deux bourgeoises mariées. Les deux femmes se rendent compte de la manoeuvre grotesque de Falstaff et décident de se jouer de lui. Falstaff est un personnage vantard, joyeux, niais qui adore les excès. Il demeure, malgré tout, sympathique, puisqu'il représente un homme riche au bord du gouffre. Le déclin est imminent et Flastaff tente d'ignorer, malgré tout ses vices assumés ce qui est en train d'arriver. Un homme qui fut jadis beau et qui terminera ses jours à tenter de prouver aux nobles de la nouvelle génération qui il fut il y a bien longtemps...

Mon verdict 
Même si j'ai trouvé la première partie un peu plus longue, j'ai été impressionnée par cet art total. Les arrangements musicaux sont spectaculaires et les voix des interprètes sont également très puissantes. LA fugue finale à 10 voix a définitivement été mon moment préféré du spectacle.   Les chanteurs devaient réellement jouer et j'avais davantage l'impression de regarder une comédie musicale qu'un opéra. J'ai craqué pour le bariton ukrainien Oleg Bryjsk qui interprète un Falstaff drôle et sensible. Cette production est une bonne occasion pour découvrir cet art puisque l'histoire est facile à comprendre et il est rare d'avoir la chance d'assister à une comédie lorsqu'on va à l'opéra. Lors de la représentation, plus de 2000 étudiants regardaient également le spectacle et leurs applaudissements chaleureux à la fin de la représentation ont largement démontrer que finalement, l'opéra ce n'est pas juste pour les vieux...
(En passant, j'adore les personnes âgées... C'est juste que parfois nos intérêts sont différents...)

Infos: 
Salle Wilfrid-Pelletier les 9- 12 -14 et 16 novembre à 19h30. 
@Yves Renaud

Dans les coulisses de Falstaff 

Un petit figurant âgé de 8 ans seulement. Mon coeur fond ! 

video
Ma petite visite dans l'atelier des costumes



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire